Les aidants familiaux en France

Une étude TNS Sofres pour la Fédération Hospitalière de France (FHF) publiée en mai 2013, dresse le bilan d’un sondage mené auprès 1011 personnes âgées de 18 et plus, représentatives de la population Française. Un véritable baromètre sur « les Français et le grand âge » a été établi.

On y découvre notamment quelques chiffres sur les français qui accompagnent un proche dépendant.

 

Des français impliqués

Sur ce panel, 30% déclarent avoir un membre de son entourage en situation de perte d’autonomie,  22% d’entre eux aident une personne âgée de leur entourage.

Une tendance directement liée au phénomène démographique de vieillissement de la population (1/3 des Français auront plus de 60 ans en 2050 selon l’INSEE). A cela, il faut associer le développement de plusieurs pathologies (Alzheimer, Parkinson), qui participent à la progression du nombre de personnes âgées en perte d’autonomie.

Une seconde étude réalisée par OpinionWay pour l’Observatoire de la santé Le Figaro-Weber Shandwick, dévoile l’importance du phénomène des aidants familiaux (étude menée sur un échantillon de 1010 personnes de 18 ans et plus).

Selon cette enquête, les plus âgés sont les plus concernés : 56 % des 50-64 ans et 71 % des plus de 65 ans ont déjà aidé ou aident encore un proche dépendant.

Ils se chargent de leurs courses, de la cuisine ou encore des tâches ménagères. Que cela soit des séniors qui s’occupent de leurs parents âgés ou de conjoints qui prennent soin de l’autre atteint de la maladie d’Alzheimer par exemple, les aidants sont de plus en plus nombreux face à une espérance de vie en progression permanente.

Face à cela, les aidants mettent leur propre santé de côté et les dommages collatéraux peuvent parfois être brutaux.

 

Savoir se faire épauler

Face à la dépendance, l’aidant familial peut parfois se sentir dépassé, isolé ou même épuisé.

La majorité des Français (90 %) est en attente de soutien concret en cas de perte d’autonomie d’un proche, notamment financier (42 %). Selon les personnes interrogées, les pathologies les plus lourdes à gérer pour l’entourage sont la maladie d’Alzheimer ou de Parkinson (85 %) ainsi que les séquelles d’un AVC (63 %) (sondage OpinionWay).

Face à ce phénomène en pleine expansion, des formations aux aidants voient le jour. Il existe aussi des moments de rencontre comme « les cafés des aidants » qui sont des instants de discussion un peu partout en France où chacun peut venir faire part de son expérience.

Le rôle social est très important, ce temps d’échange permet de rompre l’isolement que peut ressentir l’aidant.

Parfois, il faut simplement savoir passer le relai à des professionnels. Le temps de souffler un peu, le temps de se consolider.

Maisons de Famille propose une offre de courts séjours, adaptée aux personnes âgées et soulageant les aidants.

La question des aidants familiaux ne doit pas être négligée. Elle prend une place importante et impacte la vie des français.

Laisser un commentaire