Traitement Alzheimer, vigilance face aux effets d’annonce

Face au sujet de la maladie d’Alzheimer, l’on peut rapidement se sentir concerné. Beaucoup d’entre nous sont touchés de près ou de loin par cette maladie qui est devenue le mal du siècle.

Chaque semaine, on peut lire dans la presse des articles traitant de nouveaux traitements révolutionnaires ou salvateurs. Malheureusement, ces annonces mènent à des illusions thérapeutiques qui bien souvent ne sont que des mirages. Il semble donc nécessaire de rester vigilant et de ne pas oublier tout l’intérêt de la prévention et de la prise en charge non médicamenteuse visant à entretenir le capital cérébral restant : « la fonction créée l’organe ».

La presse, véritable caisse de résonance

La presse se fait le relai de ces procédés remplis de promesses. Spray nasal, traitements médicamenteux ou encore pacemaker cérébral, les traitements sont variés et complexes. Chacun d’entre eux vante un ralentissement de la maladie voire une interruption de cette dernière.

Mais a-t-on suffisamment de recul sur ces traitements ?

Il n’est pas rare de lire que le traitement mis en avant quelques semaines ou mois plus tôt, s’avère inefficace.

Par exemple, certains médicaments anti-démence vendus, fut un temps comme une véritable révolution thérapeutique, ont été identifiés comme inopérants. D’ailleurs, la HAS (Haute Autorité de Santé) ne leur accorde que le niveau le plus faible de SMR (service médical rendu). Ils comporteraient des molécules qui pourraient avoir des effets secondaires.

Etre toujours plus vigilant

Il faut être conscient qu’il n’existe pas de remède miracle pour vaincre la maladie d’Alzheimer, du moins pas à l’heure actuelle. Les traitements médicamenteux donnent des résultats variables selon les sujets dits « répondeurs » ou « non–répondeurs ».  Dans  le meilleur des cas, ces médicaments ralentissent mais n’arrêtent pas la dégradation.

Chez Maisons de Famille, nous restons vigilants face à tous ces effets d’annonce relayés en masse par une médiatisation parfois excessive.

Nous privilégions un suivi personnalisé et un accompagnement de chacun de nos résidents pour apporter une prise en charge adéquate. Nous favorisons une stimulation au quotidien mais aussi par des activités variées et complètes basées sur la discussion, l’échange et le partage.

Nous mettons un point d’honneur à placer la convivialité et les liens humains au cœur de nos préoccupations, que cela soit au sein de l’établissement mais aussi avec la famille du résident. Nous visons à rompre l’isolement.

Dans ce contexte de vieillissement des papy-boomers, la prévalence de la maladie d’Alzheimer continue de croitre ; en 2011, 860 000 personnes étaient atteintes de la maladie d’Alzheimer.

Si ce sujet vous intéresse, n’hésitez pas à consulter les articles suivants :

Valérie RIVOIRE
Directrice de la Communication

Laisser un commentaire